Et papa dans tout ça?

Drôle de Maman est, comme son nom ne l’indique pas, un blog destiné aux parents. Il est pourtant lu à 99% par des femmes! (Mais où sont les hommes??;-) Il était temps de faire un article qui parle des hommes et surtout des papas!… Merci à Carole et Antoine du Blog  Éduquer différemment de m’avoir proposé un article sur le sujet et de nous faire partager leur expérience concernant la place du papa dans le trio maman-papa-bébé.


Il y a maintenant 19 mois que je suis papa d’une petite fille, Gabrielle. Si au début notre nouvelle relation à 3 se passait à merveille, elle s’est un jour dégradée sans que je ne vois rien venir. Gabrielle me repoussait sans que je sache pourquoi. Je vais partager avec vous comment j’ai surmonté cette phase pour retrouver ma place au sein du « couple » maman/bébé. Si vous aussi vous en êtes là, pas de panique, vous n’êtes pas seul 😉

Au début, papa, maman et bébé

maman-bebe-papaLes premiers mois qui ont suivis la naissance de Gabrielle, nous nous sommes beaucoup répartis les tâches pour éviter d’être débordés. Bien que Carole soit resté 6 mois à la maison j’étais très impliqué. J’ai notamment réorganisé mes horaires pour passer du temps avec elles. Je me suis découvert papa poule !

Je jouais avec Gabrielle le matin, je la couchais le soir. La nuit, je me levais changer la couche puis l’amenais à Carole qui l’allaitait. Lorsque Carole a repris le travail, ce rythme a légèrement changé mais pas notre complicité. Pour Gabrielle, papa ou maman c’était pareil.

La cassure

Un jour, un peu après son premier anniversaire (quelle fête !) elle s’est mise à me repousser. La première fois, nous étions assis sur le canapé. Gabrielle jouait à côté de nous et elle s’est cognée. Je l’ai prise dans mes bras mais elle s’est débattu pour aller dans ceux de sa mère. Et lorsque je posais ma main sur sa tête elle la repoussait.

Cette préférence s’est accentuée au fil des jours. Dès que Gabrielle n’était pas bien, elle allait toujours vers sa mère, jamais vers moi. Et si je m’approchais tout de même, elle criait et se débattait.

Le soir, lorsque c’était mon tour de la coucher elle pleurait et appelait Carole. Le matin, je ne pouvais pas m’occuper d’elle tant que Carole n’était pas parti. Mon petit cœur de papa poule en a pris un coup!

Gérer la période d’exclusion

Les premiers temps, j’ai eu du mal à accepter ce changement. À chaque fois cela m’énervait, je donnais Gabrielle à Carole à contre cœur. Je pense que Gabrielle le ressentait ce qui n’arrangeait pas la situation.

Alors, j’en ai parlé autour de moi. Tout le monde me disait « ça va passer, bientôt ce sera toi qu’elle collera ». Mais bon, rien ne changeait et ça ne me rassurait pas : Et si pour nous, ça se passait différemment. Et si elle ne se rapprochait jamais de moi.

Et puis, progressivement, sur les conseils de Carole j’ai lâché prise. J’ai fini par accepter cette période difficile et le fait que notre complicité reviendrait plus tard. Ce qui me rassurait tout de même c’est que lorsqu’on était que tous les deux, elle était très proche de moi, on passait de bons moments.

Réussir à traverser cette période

papa-bebeLa clé dans ces moments, c’est de réussir à prendre du recul. Votre bébé n’est pas responsable de cette situation. C’est un moment passager dû probablement aux grands changements qu’il subit. Il se met à marcher et à parler. Son autonomie augmente, il a moins besoin de nous ce qui lui fait peur.

Il a besoin, à cet instant de son développement, de se rapprocher de la personne qui le rassure le plus, dans notre cas, sa mère. Mais on connaît un couple chez qui c’est le père (ne perdez pas espoir les gars!)

Plutôt que de vous sentir touché personnellement (comme je l’ai vécu :(), prenez-le comme une période où votre enfant se rassure auprès de sa maman. Ce n’est pas facile mais c’est naturel.

Ne changez rien dans votre attitude : jouez avec lui, faites lui des câlins lorsqu’il en a envie, et ne vous sentez pas rejeté lorsqu’il préfère se réfugier dans les bras de son autre parent.

Pour moi, ça a été dur mais si j’ai réussi je suis sûr que vous pouvez y arriver aussi ;), parole d’un papa têtu.

Vous pouvez également lui proposer un doudou. Ce rapprochement de l’enfant vers un de ses parents est aussi lié à l’angoisse de séparation. Le fait d’avoir un doudou peut faciliter la séparation, le doudou permettant une transition en douceur.

Enfin, ne niez pas les sentiments de l’enfant. S’il pleure quand vous le prenez dans les bras, acceptez-le et mettez des mots dessus. Par exemple, vous pouvez lui dire « maman te manque, tu aimerais qu’elle soit ici avec toi » ou “tu es triste que ce ne soit pas maman qui te couche aujourd’hui”.

Retour progressif de notre complicité

Bonne nouvelle, cette phase difficile à une fin! Dans notre cas, le rapprochement s’est effectué petit à petit.

Un jour, avant de se coucher, Gabrielle m’a pris dans ses bras. J’étais aux anges !

Puis, un matin en se réveillant elle m’a appelé. Cette fois encore j’étais ravi (J’ai failli faire le tour de l’appartement en criant de joie mais il était assez tôt, les voisins n’auraient pas apprécié!)

Depuis que nous sommes tous partis en vacances, j’ai l’impression qu’elle s’est encore rapprochée.

Le premier jour après notre retour, lorsque Carole est allée chercher Gabrielle chez la nounou, elle s’est même écriée PAPA! toute contente, pensant que c’était moi. Héhé, c’est ton tour maman.

Mon bébé m’aime et m’a toujours aimé, tout comme votre bébé vous aime. Ils ont seulement besoin de se rassurer auprès de la personne dont ils sont le plus proche pendant un temps. C’est tout à fait normal. Et moins cela vous inquiétera, plus cette phase sera rapide et douce.

Antoine, du blog  Éduquer différemment


A travers leur blog, Carole et Antoine partagent avec vous leurs aventures, leurs apprentissages ou leurs découvertes sur le fait d’être parent et sur l’éducation positive.

Photo de famille : Éduquer différemment – Photo du père et son bébé : Pixabay

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réflexions au sujet de « Et papa dans tout ça? »

  1. Antoine j ai trouvé ton article formidable et je voulais te dire que ce que tu as traversé arrive aussi beaucoup aux mamans! ! Une collègue de travail m a raconté que de son côté elle avait eu des angoisses similaires quand elle a dû reprendre le travail. Son bébé ne la repoussait pas comme le tien durant cette période, mais elle se sentait très mal quand son mari arrivait à l endormir tout seul le soir. Elle avait l impression qu elle ne comptait plus pour son bébé et que quelqu’un d autre pouvait la remplacer facilement. C était dur pour elle d autant que son mari pensait bien faire et était fier d avoir réussi à s occuper tout seul de sa fille ! Heureusement c est un couple uni comme vous et ils ont pu s en parler et se comprendre.
    Ensuite la relation avec la nounou a été difficile car elle adorait les bébés et n avait eu que des grands dernièrement, et dans son enthousiasme elle a donné l impression à ma collègue de lui arracher des bras son bébé pour le prendre et se l accaparer.
    Mon amie a dû lutter beaucoup pour ne pas haïr cette femme qui allait s occuper de sa fille toute la journée et pour ne pas tomber dans la angoisse que sa fille préférerait finalement sa nounou à elle…
    Je crois que ce dont vraiment des moments éprouvants pour les parents papa comme maman et que ce que tu as écrit va parler à beaucoup de monde…
    C était un très beau Témoignage. ☺

  2. une réaction assez fréquente, faut pas s’affoler et notre petit bout passe de l’un à l’autre avec ses périodes plus papa et ses périodes plus maman, en revanche une constante, si il est malade ou patrac c’est toujours maman…
    Elisabeth Articles récents…Un jour, un hoquetMy Profile

  3. Ton article est vraiment interressant et très instructif
    J’aurai une autre problématique à te suggérer, j’ai appris il y a 2 mois que j’allais etre papa et la maman ne veut plus de moi depuis 1mois (elle répond plus à mes msg, ne décroche pas quand j’appelle et fini par me laissé des msg plus que glaçant quand je la saoule trop…et hormis pour avoir l’heure de la 1ère écho afin d’y assister j’essaie de n’envoyer qu’un msg par semaine).
    Ce sera son 3ème enfant mais contrairement à ce que dise mes amis qui ne la connaissent pas, je ne pense pas qu’elle se soit servi de moi juste pour avoir un 3ème enfant.
    Je suis un peu perdu mais je compte tout mettre en oeuvre pour etre auprès de cet enfant ,quitte à ne plus etre avec la maman (prendre un CDI proche de chez elle et y acheter une maison)
    Quels sont les droits du père dans ces cas là? Et comment faire au mieux pour le bien etre de l’enfant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CommentLuv badge