Pour ou contre la fessée (et la loi qui va avec)?

La France serait-elle en retard sur ses voisins?

53 pays dans le monde ont déjà interdit toute forme de punition corporelle envers les enfants, dont 32 pays européens. La Suède est la première a avoir adopté cette loi en 1979. A l’époque, 70% des habitants étaient contre cette loi, et aujourd’hui 90% des habitants y sont favorables. En France, un projet de loi contre la violence éducative ordinaire a été déposé à l’Assemblée Nationale en février dernier. Mais ici, l’idée qu’une « bonne fessée » ne peut pas faire de mal est très ancrée dans les mentalités. L’objectif de cette loi n’est pas de punir les parents (puisqu’aucune sanction n’est prévue et que justement cette loi est contre les punitions!) mais bien de permettre à la bienveillance éducative de rentrer dans les mœurs en remplaçant la violence éducative. Voici le texte proposé:

« L’article 371-1 du code civil est modifié par l’insertion de l’alinéa 3 suivant :

Les enfants ont le droit à une éducation sans violence. Aucun des titulaires de l’autorité parentale n’a le droit d’user de violence physique, d’infliger des punitions corporelles ou châtiments corporels, des souffrances morales, ou toute autre forme d’humiliation envers son enfant. »

Les arguments contre la loi et pour le maintien de la fessée (et comment les contrer)

Autant vous le dire tout de suite, je suis contre la fessée et toute forme de châtiment corporel et le premier qui n’est pas d’accord, je lui en colle une, compris?!

Découvrez dans cette vidéo (où je réponds aux questions de Karine Arsène) ce qu’il est possible de répondre aux arguments les plus courants pour justifier « la bonne fessée » :

  • J’ai reçu des fessés et je n’en suis pas mort
  • Si on ne peut plus taper, on va fabriquer des enfants roi
  • L’état ne doit pas s’immiscer dans les familles 

Vous avez dit : « violence éducative »?

On parle de Violence Educative Ordinaire (ou VEO) mais la violence n’est jamais éducative. La seule chose qu’on apprend à un enfant en le tapant, c’est à taper. Il comprend que quand on aime, on fait mal. Que quand on aime, on a mal. L’enfant apprend par imitation, avec ses neurones miroirs.

Vous avez déjà vu un parent parfaitement calme mettre une gifle à un enfant ? Si c’était le cas, ce serait inquiétant car les seules personnes capables de violence sans éprouver aucune émotion sont les psychopathes. C’est parce que le parent est submergé par son émotion qu’il tape, et ensuite, il se justifie en disant que c’est « éducatif ».

Etre un parent libéré (de la veo), c’est pas si facile…

Pour vous aider sur la voie de bienveillance, de l’éducation positive, de la parentalité sans violence, il existe toutes sortes de blog sur le sujet, d’ateliers, de livres… et comme on est sur mon blog et bien, je vous conseille (en toute objectivité) mon livre qui est accompagné de 4 séances d’hypnose.

Je laisse la parole aux lectrices:  » Ce livre est une merveille ! Il nous aide à mieux comprendre nos réactions et celles de nos enfants et donc a mieux les accepter et les apprivoiser. Drôle, émouvant, il donne surtout des explications claires et déculpabilisantes ainsi que des idées concrètes et variées faciles à mettre en pratique. De plus les audios intégrés sont judicieusement choisis et très utiles ! » Rosali

« Un livre que toute maman stressée et qui se laisse aller par moment à crier sur son ou ses enfants devrait lire. Les cris ne peuvent pas résoudre les conflits. Ce petit livre vous explique de façon claire quelle est la zen attitude à adopter face à un enfant qui peut souvent vous pousser à bout! A lire impérativement si votre adorable bambin s’avère parfois insupportable! » Martine

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CommentLuv badge