Le CDI, câlin à durée indéterminée (podcast #4)

Retrouvez aussi les autres épisodes sur la page Le podcast


Pour faciliter le sommeil

Je vous entends déjà crier d’ici :

« Quoi un câlin à durée indéterminé, mais ça va durer toute la nuit ! Et puis j’en fais déjà beaucoup des câlins, moi ! »

Rassurez-vous c’est justement tout l’intérêt de cet outil magique, il rend le moment du coucher beaucoup plus court. Alors pour commencer par le début, il s’agit de proposer à votre enfant un câlin, un gros câlin du soir avant de dormir, avec la particularité que c’est lui et lui seul qui dira à quel moment le câlin sera fini. L’idée est qu’il prenne tout ce dont il a besoin dans vos bras affectueux, toute la sécurité, l’amour, le confort, la confiance, la réassurance, tout ce qui est nécessaire pour lui pour passer une bonne nuit tranquille et reposante. Quand il sent que c’est bon, il dit : « c’est fini ou ça y est ». Et il se couche dans son lit. Comme c’est lui qui décide de la fin du câlin et donc de votre départ de la chambre, il ne peut pas ensuite réclamer autre chose. Remettre entre ses mains cette décision, permet de lui donner la responsabilité de son bien-être.

Pour favoriser leur autonomie

On ne sait pas mieux que nos enfants de quoi ils ont besoin, eux seuls le savent mais souvent ils ne savent pas qu’ils le savent… vous me suivez, toujours ?… En leur proposant un CDI du soir, vous leur rendrez leur autonomie, leur pouvoir de décision, leur pouvoir tout court.

S’ils ont du mal à se séparer de vous le soir, le CDI est ce qu’il vous faut. Attention, pas de portable à portée de main, ni de petit dernier qui vous monte sur la tête en même temps. L’idée est d’être totalement disponible pour le câlin et si l’autre parent peut se joindre à la fête, c’est encore mieux ! Vous serez surpris de constater que les CDI durent beaucoup moins longtemps que les câlins habituels. Les enfants sont en fait, vite rassasiés quand on leur laisse toute la liberté de décider ce dont ils sont besoin. Peut-être avons-nous plus besoin de câlin qu’eux en fin de compte, plus besoin d’être rassuré sur leur amour qu’eux sur le nôtre ?…Quoi qu’il en soit c’est une technique que vous pourrez aussi utiliser à d’autres moments, dès que l’occasion s’y prête, pour un départ au travail, en vacances, ou même simplement en cas de gros chagrin ou de gros bobos.

Pour ne pas engendrer de frustration inutile

Le CDI calme, rassure, protège, c’est du trois en un et c’est vraiment super rapide ! Quand on détache un enfant de son cou en disant : « ca suffit maintenant, ou c’est l’heure d’aller au lit », on déclenche la réaction inverse, c’est-à-dire, que l’enfant s’accroche encore plus et en demande encore, mais quand il sait qu’il peut en avoir autant qu’il en a envie et bien, il n’en n’a plus envie… de là, à dire qu’ils font tout pour nous contredire, il n’y a qu’un pas que je ne franchis pas, car ce qui nous intéresse ici, c’est de faire ce qui fonctionne sans pourtant se jeter tête baissée sur des conclusions somme toute hasardeuses et qui ne nous aident pas bien au contraire.

Petite astuce supplémentaire, car les mots ont leur importance, dites à votre enfant : « tu me dis dès que c’est bon ou tu me dis dès que le câlin est fini ». Je vous parlerai de l’importance du « dès que » dans un prochain article, en attendant profitez-bien de ces bons gros câlins qui font du bien;-)

Et dès que c’est le bon moment pour vous, cliquez ci-dessous pour vous abonner à mon podcast! 😉

Subscribe to
Drôle de Maman

Or subscribe with your favorite app by using the address below

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.